[PRÉSENTATION DE KONGOSSA]

QUI SOMMES-NOUS?

KONGOS

 

          Qui connait un seul journal qui utilise pour matière première les réalités de l’Université de Dschang? Ou du moins, qui connait une presse ONLINE, un journal sur la toile ou une plateforme adaptée à faire la communication des « kongossa » de l’université de Dschang dans un style éblouissant, patent et attrayant

NOTRE SOURCE D'INSPIRATION

KONGOS

        Notre grand et beau campus est loin d’être un fleuve tranquille, amorphe et sourd-muet :

Chez les étudiants : Des allers et retours, des mouvements de psychose, des comportements anti-éthiques,….la publication des « corbillards », des activités des clubs et associations,…

Et chez nos encadreurs : les publications scientifiques, les conférences, bref, toute une combinaison d’informations  canalisées vers une plateforme  familière à notre campus, qui donne à lire, à voir, à faire dire et  même à écouter ce campus qui ne cesse de mouvoir. KONGOSSACAMPUS vous offre sur la toile « minute by minute » ce que la communauté et toute la famille UDS fait ou entreprend : Enseignants, étudiants, personnel d’appui, «  grands profs », Doyens, chefs de départements, et même RECTEUR.

DESCRIPTION

KONGOS

              KONGOSSACAMPUS c’est le dessin du campus en sons, en couleur, en odeurs PAR LE CLUB ECRITURE ET LANGUES DE L'UNIVERSITE DE DSCHANG,…

KONGOSSACAMPUS, site web du Club écriture et langues.

Le club écriture et Langues est un club culturel de l’Université de Dschang qui s’inscrit dans la perspective qu’ont les grands auteurs de ce monde, c’est-à-dire, celle de partager « le grand mystère du monde », la littérature et surtout nos langues nationales que la jeunesse et les institutions étatiques ont tendance à sous-estimer.

Les mentalités d’un peuple ne sont reconnues que par sa littérature. Si nous reconnaissons que la littérature est d’abord  fiction, c’est-à-dire imaginaire, on comprend dès lors que pour connaitre l’imaginaire collectif d’un peuple il faut passer par sa littérature. 

En effet, toute littérature est exprimée par un langage (écrit ou oral). Dès lors va-t-on continuer à demeurer des prolifiques travailleurs qui ne peuvent que produire dans les langues étrangères, sans toutefois penser ne serait que à quelques unes des nôtres ?

L’Angleterre a une place dans le monde par son anglais. Abel Eyinga, interviewé à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la réunification du Cameroun disait que ce sont nos langues nationales qui nous donnent une place dans le monde. On aura jamais de place tant qu’au moins 2 et à la longue au moins 7 langues nationales soient officialisées. ) Même  s’il est vrai que les langues officielles nous permettent de nous ouvrir au monde extérieur, reconnaissons quand même qu’on ne sera  jamais primé d’une reconnaissance internationale pour le français ou l’anglais. C’est par nos langues que nous aurons une place et un référencement indélébile.

Le club écriture et langues s’adresse donc à toute la communauté universitaire qui « est un centre de rencontre, de transformation et de partage de savoir » selon les mots de Achille Waouagoum (écrivain en herbes). Il s’adresse aussi surtout aux élèves courageux et amoureux de la plume, qui se démarquent par leur différenciation positive.

Cette petite préface aurait pu être écrite en une langue nationale. Mais ce n’est pas un échec, car j’ose croire  que chacun comprendra et mettra en pratique la devise et la belle parole que nous nous sommes décidées d’adopter :

« Parent, apprends-moi ta langue et j’existe »

(club écriture et langues)

                                                                                                                                                                 

OBJECTIF FINAL: Se rapprocher de vous!

PROCHE

         « Quand vous avez fait, kongossa a vu et nous partageons avec les autres dans un style original, welcome chez les kongosseurs impartiaux et objectifs ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site